PayPerNews du digital au papier very bonne idée à tester

 

paypernews top decouverte tester grace bailhache

Certaines associations, ONG et indépendants qui crées des contenus susceptibles de faire l’objet d’une publication sous forme de journal à tirage limité auraient tout intérêt à étudier de prêt le site PayPerNews qui offre une passerelle entre le papier et le digital, en permettant la publication d’un journal papier simplement et sans coût dans le monde entier grâce à la technologie d’impression numérique. J’avais entendu parler il y’a trois ans d’une expérience d’impressions de journaux à la demande conduite en Suède, et, je n’y avais pas prêtée plus d’attention que cela, jusqu’à ce que les découvertes de Canva et du blog de Paul Jorion ne m’en fasse comprendre tout le potentiel pour ceux qui ont un petit lectorat demandeur et peu de moyens.

 


PayPerNews propose une solution en libre service qui permet de lancer son journal sans conditions préalables : ils fournissent une page de commande, impriment à la demande, débitent les abonnés, distribuent le journal directement chez eux.  Grace à PayPerNews, votre association va pouvoir imprimer son journal sans se ruiner, vos lecteurs pourront s’abonner directement à partir de votre site.


Pourquoi cette solution d’auto-édition est sans coût pour l’éditeur ? Parce que PayPerNews s’est associé avec un imprimeur francilien spécialisé dans l’impression numérique jet d’encre. Ce partenariat leur permet de gérer petits et gros tirages tout en fournissant de bonne qualité, et puisque les impressions se font à la demande, vous serez rémunérés dès le premier exemplaire vendu et vous pourrez demander le virement du produit des ventes lorsque vous avez atteint 100 euros de commission.


Ce qui me donne envie de tester PayPerNews ?

- Les conditions sont clairement définies sur le site, ce qui m’engage et quelles sont les obligations de PayPerNews.
- Je sais que PayPerNews n’écrira pas le journal à ma place, que je pourrais cependant compter sur eux pour me guider pour l’habillage et l’intégration du contenu éditorial du journal.
- Il est clairement établi que je reste propriétaire des droits d’auteurs et de ma  base d’abonnés.
- Je sais que le format du journal papier est de type tabloïd, et qu’il pourra compter de 8 à 48 pages selon mes besoins et grâce aux quelques exemples  mis en avant sur le site, je peux voir à quoi il ressemblera « infine ».
- Il est possible de faire des simulations de revenus en fonction de son calendrier de publication. Par exemple, admettons que je veule publier un journal tous les trimestres, rien ne l’empêche et je pourrais évaluer mes coûts et revenus avant la publication.
- Je sais que les abonnés recevront le journal papier chez eux quelques jours après sa mise en ligne, que les anciens numéros pourront être commander par de nouveaux lecteurs, et que je pourrais suivre les ventes en temps réel.

Mon seul petit hic ? l’absence d’Ours pour rester sur le thème du journal. Cela me rassure davantage de connaître à minima l’organigramme d’une entreprise, surtout en ligne.

Comme toujours, je vous tiendrais au courant des résultats de mes tests, qui commenceront par évaluer la qualité du papier en commandant un exemplaire. C’est une affaire à suivre. De votre côté chers lecteurs, n’hésitez pas à me faire part de vos témoignages si vous avez soit fait l’expérience de l’impression à la demande, ou si vous avez en votre possession un journal papier made by PayPerNews

, ,

À propos de gracebailhache

C'est moi, la plume derrière Le boudoir créatif qui vous donne rendez-vous tous les lundi. Entrepreneuse, serial blogueuse (blog.gracebailhache.com & gracebailhache.blogspot.fr), je suis également un esprit libre, un pigeon voyageur qui croit à l'intelligence collective, au partage d'expériences et au croisement des compétences.

Voir tous les articles de gracebailhache

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

How to increase your web pr... |
Wabboy |
Scarpehogandonna32 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pukpark
| star stable lola bluebear
| Snoky